• Méline Darsck

Octobre 2022

Septembre est passé... Mais où est-il passé ? Il me semble qu'il s'est éclipsé avant même que je puisse le saluer.

Et pourtant...


Le 30 septembre, j'ai bouclé ma valise en y ajoutant à la dernière minute ma brosse à dent et en oubliant ma brosse à cheveux ! Tant pis !

En route pour... Toulouse ! Ou plutôt devrai-je dire en rail pour Toulouse.

Lausanne - Genève - Lyon - Toulouse... prête pour 7h30 de trajet.


Une belle ville que je ne connaissais pas. De très beaux bâtiments, des balades au bord de la Garonne ou du Canal du Midi m'ont apaisée. J'ai trouvé délicieux de me promener dans le Jardin Japonais qui est de toute beauté.

Si le premier jour, je me perdais dans les nombreuses ruelles qui entourent le Capitole, le dernier, j'ai réellement profité de ces façades recouvertes d'histoires. Mes pas furent nombreux mais pas déplaisant du tout. Bien au contraire.


Mais si je suis allée à Toulouse c'était avant tout pour deux choses :

Rencontrer ma nouvelle éditrice et découvrir le salon du livre de Toulouse, dont j'ai eu l'honneur d'être l'une des invitées. Ou pas...


Si la première rencontre, celle de mon éditrice Gaëlle et de deux compères écrivains, Isaac et Scorpy m'ont rempli de joie, de rires, de fou-rires même et d'une complicité étonnante, la seconde, celle du salon du livre a été plus déconcertante.

L'espace réservé pour la manifestation est d'une grande beauté, l'Hôtel d'Assézat, mais sans doute que le nombre d'auteurs était un peu trop élevé pour pouvoir accueillir confortablement les artistes tout comme le public.

Mais l'expérience reste enrichissante.

J'ai également eu la chance de rencontrer une fidèle lectrice rédactrice en chef du WebToulousain qui m'a fait la joie de venir à ma rencontre.


4 jours c'est court, surtout avec plus de 15h de train (aller-retour), mais cela reste une parenthèse appréciable, une très belle parenthèse.


Maintenant que je vous ai fait le topo disons plutôt littéraire et sérieux, je m'en vais vous raconter mes frasques, parce qu'il y en a eu... Evidemment !


Heureusement mon hôtel en face de la gare ne m'a rien réservé de particulier. Accueil chaleureux, petit déjeuner fort sympathique et chambre bien insonorisée.

J'ai assez vite trouvé l'office du tourisme pour me procurer une carte du centre ville et avec même, une explication pour me rendre à mon premier lieu de rendez-vous avec mes complices du week-end.

Petit repas pris dans une brasserie, avec déjà quelques rires, pas si timides. Une table ronde reste une table ronde, et avec elle, en général la bonne humeur est au rendez-vous.


Le lendemain, le salon... c'est du sérieux, sauf... que Gaëlle a eu la mauvaise surprise d'apprendre que nous n'étions pas vraiment attendu. On ne s'est pas laissé faire et on a obtenu 3 places (au lieu de 5). Ouf ! Bon, c'était serré mais ce salon ne se ferait pas sans nous.

Le public n'était pas vraiment au rendez-vous surtout le matin, donc à 13h, nous avons divisé l'équipe pour que chacun puisse manger.

Et là... au retour... cinq marches en pierre... un pantalon large et long, un mouvement malheureux, un pied sur le tissu, l'autre qui tente de retrouver l'équilibre perdu et paf pif pouf... Orteil contre pierre, pierre donnée gagnante !

Résultat, orteil compressé, bleuté, gonflé... Bref, MERCI la vie !


Le repas du midi a également eu un peu de mal à passer, ventre barbouillée, ça devait pas être ma journée.


Heureusement la suite s'est bien passée, peu de lecteurs, mais des lecteurs de qualité.


Soirée en terrasse, apéro, planchettes viande froide et fromage. Quelle belle idée. Santé !


Par contre au retour, première fois dans le métro... avec le bobo au pied, j'ai trouvé cela plus prudent, surtout qu'une sortie métro se trouve en face de l'hôtel, à genre... 100m. Oui, mais non... Enfin pas avec mon sens de l'orientation complétement perturbé. Pourtant, d'habitude il est plutôt habile, sauf que là... Il a choisi de m'abandonner. Je suis sortie au bon arrêt mais pas à la bonne sortie et je pense que j'ai fait autant de pas que si j'étais rentrée à pied depuis le bar.

J'ai passé par des petites rues sombres, des endroits vraiment bizarres et glauques...

Mais promis, j'ai fait attention et je me suis bien grondée toute seule, me traitant de tous les noms.


Samedi, ça ne devait pas être mon jour !

Heureusement le dimanche fut plus sympa, avec un repas en terrasse bien digéré, de belles balades, jardin des plantes, bord de la Garonne, Pont Neuf (de loin, y avait le triathlon) et beaucoup de rires, notamment face à certains titres ou couverture de livres.


Durant ce week-end, je n'étais pas la seule à subir les affres de la vie. Une auteure a découvert un peu tard que le bas de sa robe s'était coincée, laissant apparaître sa culotte,

un autre qui s'était levé pour écouter un charmant discours s'est vu donné des ordres, pire que s'il s'était transformé en toutou docile. On appellera la donneuse d'ordres : Assis ! pour le reste du week-end.

Et enfin... le salon du livre a offert quelques alcools aux heureux écrivains venus signés leurs ouvrages et certains d'entre eux, ou plutôt d'entre elles ont vraiment eu du mal à supporter les Kirs. Entre les pavés et les marches, certaines réclamaient des bras bien chevaleresques pour rejoindre leur domicile.


MERCI TOULOUSE pour ce week-end aux couleurs animées.

MERCI GLP pour l'invitation

MERCI Gaëlle, Isaac et Scorpy pour la bonne ambiance au stand et ailleurs.



8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout